Débuter avec les passereaux à la mangeoire – Partie 2

Bonjour, et bien venu dans la deuxième partie de ce tuto consacré aux passereaux à la mangeoire.  Comme promis je vais maintenant aborder la prise de vue.

Les réglages de l’appareil photo.

Pour commencer il faut connaitre un minimum les capacités de votre matériel. Deux points me semblent particulièrement importants: l’ouverture à partir de laquelle votre objectif délivre ses meilleures images et la capacité de votre boitier à monter dans les ISO.

Pour l’ouverture, soit vous connaissez déjà cette valeur, soit vous pouvez vous rendre sur photozone.de. Ce site en anglais donne les résultats des tests de nombreux objectifs sur plusieurs grandes marques de reflex. Pour le moment, ce qui nous intéresse, c’est la résolution MTF. Le graphique se trouve généralement sur la seconde page et indique, en fonction de l’ouverture, la résolution obtenue. Pour mon zoom sigma 100-300 f/4 monté sur un  Canon (résultat ici), on constate que le meilleur résultat pour une focale de 300 mm est obtenu en fermant à 5,6. Bien sur ce résultat n’est qu’une base de travail et rien n’empêche de faire des photos à f/4 ou f/8 (heureusement d’ailleurs 🙂 ).

Concernant la vitesse, il faut savoir que les passereaux sont extrémement vifs et restent rarement en place donc il faut utiliser une vitesse adaptée : autour de  1/300 me parait être satisfaisant. Attention cette vitesse ne permet pas de figer les mouvements des oiseaux en vol. Il faut, dans ce cas là, utiliser une vitesse de l’ordre de 1/1250 mais ce n’est pas le but de ce tuto.

Pour les ISO, il ne reste plus qu’à régler l’appareil avec l’ouverture autour de 5,6 ou 8 en fonction de votre matériel et d’augmenter les ISO  jusqu’à obtenir une vitesse suffisante.  Petit rappel : il vaut mieux une photo bruitée qu’une photo floue, alors n’hésitez pas à monter dans les ISO surtout si votre matériel est récent.

Choisir le mode de prise de vue en rafale. Personnellement je choisi le mode « one shoot » pour l’autofocus. Réglez votre appareil sur type de fichier RAW. Cela permet d’avoir le maximum de possibilités lors du post-traitement.

Installation du matériel et du photographe.

Pour le matériel, trépied et rotule sont obligatoires comme souvent en affût. L’achat d’une housse anti-bruit peut être un investissement vraiment rentable. Elle évitera d’effrayer les oiseaux à chaque déclenchement. Certaines sont en plus équipées d’une protection anti-pluie pour le télé-objectif ce qui peut s’avérer intéressant en hiver :).

Pour le photographe, bien sur, prévoir vêtements chauds et chaussures adaptées.  Pour entrer dans votre affût de manière plus discrète il suffit d’aller à l’affût à deux personnes. Votre complice pourra remplir  la mangeoire pendant que vous vous installez, puis quittera les lieux en vous laissant caché. Les oiseaux seront ainsi de retour beaucoup plus rapidement, parfois une minute seulement après le retour au calme. Bien entendu, vous devez attendre le retour de votre complice pour ressortir. Prévoir un téléphone portable :).

Conseil pour les prises de vue.

Pour faire de belles photos il ne reste plus qu’à soigner votre composition. Pour ça, voici quelques conseils :

  • Ne montrez pas la mangeoire cela rendrait vos photos complètement artificielles.
  • Si possible réalisez vos photos le matin ou le soir pour avoir une lumière plus douce. En hiver, la couverture nuageuse qui diffuse la lumière permet néanmoins de réaliser des photos à toutes les heures sans être pénaliser par des lumières trop dures.
  • Ne centrez pas votre sujet.
  • Laissez de l’espace devant le regard de l’oiseau.
  • Préférez les prises de face ou de 3/4. Les photos de dos sont rarement réussies, sauf si vous montrez un comportement inhabituel.
  • Essayez des cadrages en format paysage ou portrait.
  • Ne pas hésiter à faire des photos quand il pleut ou neige. Les gouttes de pluie qui filent donnent souvent des photos sympa, d’où l’intérêt de la housse antibruit étanche :).

passereaux à la mangeoire Mésange charbonnière sous la pluie Canon EOS-1D Mark II (237mm, f/5.6, 1/200 sec, ISO500)

Voilà, je vous ai donné tous les petits trucs qui m’ont fait progresser, il est temps pour moi de conclure. Bon y a encore un ou deux conseils dans la conclusion.

Conclusions

Pour conclure je vais vous donner deux conseils qui vous feront progresser rapidement :

  • Durant la partie « rodage » de votre affût n’hésitez  pas à faire des essais et à changer rapidement ce qui ne vous convient pas. Mais essayez de changer un seul paramètre à chaque fois de manière à bien mesurer l’impact de ce changement.
  • Lorsque vous triez vos photos il faut être vraiment dur avec vous même, vous faire violence : supprimez toutes  les photos  qui ne sont pas réussies en tous points. Une fois ce tri effectué, analysez les photos que vous avez sélectionné et posez vous cette question : pourquoi sont elles réussies? Regardez tous les détails, la vitesse, l’ouverture, la position de l’oiseau, son attitude, l’heure de la prise de vue, l’ensoleillement etc… Si vous faite ça à chaque fois, vous allez découvrir des similitudes dans les résultats de ces autopsies. Vous allez en quelque sorte trouver une ou des recettes gagnantes que vous pourrez réutiliser à volonté lors de vos affûts suivants. Par exemple, chez moi, je sais que si la soirée est ensoleillée mon arrière plan sera illuminé et plein de jolies couleurs très chaudes. Dans ces conditions, 15 minutes d’affût suffisent à ramener de belles photos et je m’économise des heures d’affût dans la journée qui ne m’apporteraient que des photos bien banales.

Petit exemple de photo réalisée en soirée.

Mésange charbonnière Canon EOS-1D Mark II (179mm, f/8, 1/60 sec, ISO640)

Alors là, pour le coup, je n’ai respecté aucun des conseils sur les réglages et la photo est réussie. Comme quoi ce n’est pas une science exacte 🙂 .

Voilà, ce tuto est terminé. J’espère qu’il vous aura aidé à progresser. N’hésitez pas à réagir et à me poser des questions.

Vous pouvez lire l’article sur le making off.

A bientôt sur photo-sauvage.fr

Mathieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *